Namaste à tous !

 Cela fait maintenant un mois que nous sommes partis, et ça y est, je crois que nous sommes totalement acclimatés au fait de voyager et à l'Inde :) On commence même à se dire que trois mois c'est court ! Le pays est tellement immense et différent selon les endroits ! Bref, je reprends mon récit...

 Voici quelques jours que nous sommes à Dharamsala, je profite de ces journées un peu plus calmes pour continuer. Je m'étais arrêtée à Varanasi et son ambiance incroyable... Comme je le disais, cette ville m'avait beaucoup marquée il y a 8 ans et javais très envie d'y retourner... Je n'ai pas été déçue et j'y serais bien rester un peu plus :) mais les billets de trains étaient réservés...

 Nous sommes donc repartis le dimanche 19 juillet vers 7h pour la gare de Varanasi. Notre train décollait à 8h30, pour 19 heures de trajet en direction de Haridwar, un peu plus au nord du pays. Le train a finalement pris un peu de retard sur la route et nous avons au total passé 23 heures dedans. Étonnamment, c'est passé assez vite : on a bouquiné, on a fait des siestes, on a écouté des podcasts, puis on a dormi. Le lendemain, une fois arrivés à Haridwar, pas le temps de souffler : on file à la gare routière pour prendre un bus pour Rishikesh, à environ une heure de route. On galère un peu à trouver le bon bus (toutes les destinations sont écrites en hindi et on nous donne plusieurs infos contradictoires), puis un bus pas trop blindé où l'on puisse entrer avec nos sacs... et on en trouve un : bon, on passe le trajet debout dans l'aller avec nos sacs aux pieds, mais on discute avec des gens cool et la route est plutôt jolie.

P1020660

 Une fois à Rishikesh, on est quand même un peu fatigués du train et du bus. On choisit un hôtel plutôt classe, qui dépasse notre maximum fixé par nuit (pour vous donner une idée, jusque-là on a payé maximum 500 roupies par nuit, soit 7€, et là c'est 1200 roupies, 17€), mais avec un lit immense et moelleux, et l'air conditionné : le grand luxe... bien mérité après plus de 24 heures de route ! La chambre et le lit ont beau nous appeler, nous partons quand même à la découverte de Rishikesh. Il paraît que c'est la capitale mondiale du yoga... mais on a un train réservé pour le lendemain soir, donc pas le temps de faire un petit stage, et pour être franche, Yann n'est pas très chaud !!! Rishikesh, c'est surtout une ville au pied de l'Himalaya, dans un décor de forêt tropicale, avec le Gange qui passe au milieu. Ça fait du bien de voir de la verdure, des grands arbres, les montagnes verdoyantes en toile de fond, et un climat plus frais après 3 semaines à transpirer ! La ville est tranquille, c'est assez touristique donc il y a plein de boutiques de souvenirs, fringues, etc. On voit même un magasin qui vend des skis et des snowboards (ça doit être chouette l'hiver!). Nous passons l'après-midi à nous promener au hasard, tantôt dans les quartiers piétons de la ville, tantôt dans la forêt. Comme à Varanasi, il y a des « ghâts », ces grandes marches qui descendent dans le Gange. Mais le niveau du fleuve est haut et le courant très fort, il y a peu de gens à se baigner. 

P1020628

P1020631

Le lendemain matin, après avoir profité d'une grasse matinée dans cette chambre si confortable, nous reprenons le bus en sens inverse pour Haridwar. Changement de décor : c'est à nouveau une ville sacrée pour les Hindous, mais l'ambiance y est plus tranquille qu'à Varanasi. Nous passons la journée ici : balade dans les petites rues et au bord du Gange (sous un soleil de plomb), téléphérique jusqu'à un temple en hauteur qui surplombe la ville, pause dans un parc au pied d'une immense statue de Shiva (on s'est encore fait viré par des singes... au début ils jouaient entre eux et ça nous faisait marrer de les regarder, mais après ils se sont approchés un peu trop près, alors on est parti!). Le soir, nous avons assisté à la cérémonie au bord du Gange, il y avait énormément de monde, c'était plutôt chouette de vivre cela et de voir la ferveur des gens. On a même mis les pieds dans le Gange, si si ! Ah et aussi, à Haridwar, nous étions des stars : nous avons passé la journée à nous faire photographier par et avec des indiens, de quoi prendre la grosse tête ! Le soir nous avons repris le train pour la nuit, en direction de Amritsar, encore plus au nord, côté ouest cette fois, à la frontière avec le Pakistan. 

P1020675

P1020714

P1020721

Le lendemain matin, nous voici donc à Amritsar... de retour dans une grosse ville ! En soit, la ville n'a aucun charme, mais il y a le Golden temple (le temple d'or), un immense (le plus grand) temple sikh. Le Sikhisme est l'une des nombreuses religions présentes en Inde. C'est, en gros et en très simplifié, un mix entre entre l'hindouisme et l'islam. Et ses pratiquants sont reconnaissables à leur turban et à leur longue barbe. En fait, les hommes sikhs pratiquants ont 5 attributs : ils ne coupent ni leur barbe ni leurs cheveux, ils portent un turban, ils ont à la taille un poignard, au bras un bracelet en argent et doivent porter un caleçon court particulier. Nous en avons croisé quelques-uns au cours du voyage, mais jamais autant qu'à Amritsar : c'est en quelque sorte leur ville et leur région (le Pendjab). Du coup, on passe 2 jours à s'extasier sur la longueur des barbes (et elles sont magnifiquement bien entretenues!), les turbans bien repassés et arrangés de différentes manières, les poignards de différentes tailles ! Évidemment, nous visitons également le Golden temple : c'est super grand, il y a un bassin au centre, au milieu duquel flotte le temple recouvert d'or, et dans lequel des sikhs chantent des prières ou lisent le livre sacré de la religion. Dans le reste du complexe, des gens font la sieste, d'autres se promènent, certains se baignent (l'eau du bassin est réputée être sacrée). Il y a également une immense cantine qui sert tous les jours plus de 10 000 repas gratuits. Nous y mangeons un midi, c'est impressionnant : à l'entrée on récupère une grande assiette et un gobelet en fer, puis tout le monde s’assoit en rang par terre dans une grande salle, et des gens passent entre les rangs pour servir les différents plats qui composent l'assiette (riz, lentilles, légumes, pain). A la fin, chacun ramène son assiette là où une centaine de personnes s'affaire à la vaisselle, dans un vacarme métallique assez hallucinant. Bref, c'est une expérience plutôt unique !

P1020794

P1020780

P1020787

En parlant d'expérience unique, on a aussi assisté à la cérémonie de clôture de la frontière indo-pakistanaise qui se tient tous les soirs à une trentaine de kilomètres, à la frontière (forcément!). Pour commencer, on a fait la route à 10 dans une jeep, c'était drôle ! Ensuite, on a passé 3 contrôles de sécurité, fouillés de haut en bas ! Puis nous avons assisté à la cérémonie... De chaque côté de deux grands portails marquant la séparation entre les deux pays, il y avait pleins de gens assis sur des gradins (côté Pakistan, les hommes et les femmes étaient séparés...), un chauffeur de salle incitant à crier « Hindoustan » (Inde) de notre côté ou « Pakistan » de l'autre côté, de la musique forte... et des militaires drôlement habillés qui marchaient au pas de charge jusqu'au portail et simulaient des assauts contre l'autre pays. Ça a duré une petite heure, finalement ils ont ouvert puis refermé les deux portails, puis abaissé les drapeaux des deux pays. Assez bizarre comme cérémonie (surtout quand on connaît l'histoire des deux pays), mais qui est plutôt à prendre au second degré je pense. En tout cas nous, on a été content de voir ça ! Et c'était une bonne manière de clôturer ces deux jours à Amritsar.

 

P1020797

P1020813

P1020846

Nous sommes repartis le lendemain pour Dharamsala et après 7h de bus (2h pour faire 200 kms, puis 5h pour en faire une centaine... en montagne!), nous y sommes arrivés... C'est une petite ville au milieu des montagnes, à 1800 mètres d'altitude, toute pentue et toute verte ! Ça y est, nous sommes dans l'Himalaya :) Cela fait une semaine que nous y sommes, on s'y plaît plutôt bien ! Le temps alterne entre de belles journées dégagées avec un grand soleil, pendant lesquelles on voit les sommets enneigés au loin, de gros orages et des journées brumeuses pendant lesquelles on ne voit même pas le toit de l'autre côté de la rue. Cet endroit est différent de tout ce que l'on a pu voir jusque-là, nous n'avons pas vraiment l'impression d'être en Inde. En fait, Dharamsala est peuplé de réfugiés tibétains. Le Dalaï-Lama y est arrivé dans les années 60 après avoir traversé l'Himalaya pour fuir la répression du régime chinois contre le Tibet et son peuple, et y a désormais sa résidence. Depuis, des tibétains en exil y affluent régulièrement, et leur gouvernement (non reconnu par la communauté internationale) y siège. Il y a plein d'associations qui viennent en aide aux réfugiés, des orphelinats, des cours d'anglais, etc. A côté de cela, c'est assez touristique, donc il y a aussi beaucoup de restaurants, cafés, hôtels, vente d'artisanat tibétain, etc. C'est plutôt peu commun de se poser à la terrasse d'un resto, de discuter avec des serveurs d'origine tibétaine de notre âge, avec de la musique occidentale en fond (on a même eu le droit aux Spice Girls!), et de voir des moines bouddhistes assis à la table d'à côté ou se balader dans la rue. Bref, c'est chouette comme endroit ! Bien entendu, c'est aussi révoltant d'apprendre ce qui se passe au Tibet et de voir tous ces gens qui ont été contraints de fuir leur terre natale pour préserver leur culture, leur langue et pouvoir exercer librement leur religion. Nous n'avons pas vraiment le niveau pour participer aux cours d'anglais dispensés aux réfugiés tibétains (ils cherchent constamment des volontaires), mais on apporte une maigre contribution en donnant quelques vêtements à une association locale (et aussi en faisant marcher l'économie locale!).

 

P1020899

P1020925

P1020963

P1020983

Voilà, après une semaine de belles rencontres, de balades dans la montagne, de bons repas pas épicés (fini le curry et les naans, ici c'est plutôt nouilles chinoises et momos - des raviolis tibétains à la vapeur, ce qui fait du bien à nos intestins !), cette étape se termine et nous reprenons la route demain pour Manali, toujours dans les montagnes.

P1020633